Chroniques de livres, Policier / Thriller

Code 93

De Olivier NOREK

« La révélation de l’année du polar français » Bernard Lehut – RTL

« Un scénario qui tient en haleine jusqu’à la dernière page. Du grand art de polar. » L’Express

« On ressort bluffé par ce thriller. » Le Figaro (Coup de cœur de l’année)

4ème de couverture :

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d’autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d’un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, le capitaine de police, se prépare au pire.

Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d’un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?

Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison…

Extrait n°1 :

« Ils se heurtèrent aux portes closes, aux familles qui préfèrent le silence aux ennuis, aux vieux qui n’entendent jamais rien et aux jeunes qui les envoyèrent se faire foutre. Fin de l’opération. Une EVVR typique du 93. « Enquête de voisinage et veines recherches. » »

Chapitre 11 – p. 59

Mon humble avis :

Comme son titre l’indique, l’auteur plante le décor en Seine-Saint-Denis (93), au cœur des quartiers où la vie se déroule au rythme d’une organisation orchestrée par des politiciens peu scrupuleux, où se mêlent trafics en tout genre, violences et meurtres. Et tout cela, dans des secteurs sur bétonnés, qui laissent peu de place à la verdure.

Pour donner le ton, l’enquête commence par une autopsie peu banale, suivi d’un meurtre dont la violence n’a d’égale que la description qu’en font les mots soigneusement choisis pour nous en faire ressentir toute l’horreur.

Par le style de l’auteur, le lecteur peut vivre avec les personnages. Du physique au psychique, en passant par le caractère, tout s’inscrit dans le détail. Chaque protagoniste est décrit avec soin, sans aucune lourdeur, ni apitoiement. Ils ont chacun leur vie avec leurs difficultés et leurs joies, mais à aucun moment, l’auteur tombe dans le pathétique.

Victor Coste, capitaine à la police judiciaire du 93, est un homme attentionné, altruiste et profondément humain. Derrière son masque bourru de flic blasé, se cache un être au cœur tendre, effrayé par ses propres sentiments. Un personnage qui par son caractère est très attachant.

La plume d’Olivier Norek est douce et légère. Les mots simples qu’il utilise donnent aux phrases un rythme régulier et en même temps, endiablé. Il sait jouer avec la langue française afin que le lecteur ressente les émotions des personnages et vibre au rythme de chacune.

Extrait n°2 :

« Sur la semelle s’était accrochée la peau de la joue et une partie de la paupière pendait comme un vulgaire lardon. La lèvre inférieure s’était retournée quand il avait posé la semelle surchauffée et elle se trouvait désormais fondue et collée au menton. »

Chapitre 49 – p. 264

En bref :

J’ai adoré Code 93. Entre tendresse et violences psychopathologiques, Olivier Norek ne laisse pas le temps à ses lecteurs de reprendre leur souffle. De la première page au point final, il nous embarque dans un tourbillon d’émotions qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement final. Un chef d’oeuvre a avoir absolument dans sa bibliothèque !

Bonne lecture et à bientôt pour une autre chronique 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s